more from
TRAIN FANTOME
We've updated our Terms of Use. You can review the changes here.
/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €14 EUR  or more

     

  • Record/Vinyl + Digital Album

    Includes unlimited streaming of L'ODYSSEE via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 7 days

      €20 EUR or more 

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Includes unlimited streaming of L'ODYSSEE via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 7 days

      €16 EUR or more 

     

  • T-Shirt/Apparel + Digital Album

    T-shirt col rond 150g/m2
    5 tailles disponibles XXL-XL-L-M-S
    Couleur noire
    Marque Sol’s regent

    Includes unlimited streaming of L'ODYSSEE via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 7 days
    edition of 100 

      €10 EUR or more 

     

1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
L'ODYSSEE 03:07
8.

about

Fred Pallem is an aesthete. Because his music is full of fantasy doesn’t necessarily mean it’s dishevelled or incoherent. And its proclaimed hedonism doesn’t imply you need to judge it superficially. On the contrary. His eccentricity is well under the control of his writing and his exultant orchestral ideas hit the nail on the head. The scores he gives to his musicians are undoubtedly crystal clear and he obviously knows where his imagination is heading from the very first chord. Richly imaginative, skillful in its effects, masterful in its narrative, Fred Pallem’s talent is that of a Homeric storyteller – with elements of Hollywood, Z-movies and Phil Spector’s studios. In Pallem, the composer, the conductor and the record producer act as one, all focused on a precise vision of music, honed by twenty years – an Odyssey in itself – of orchestral experience. Each note has a meaning, each instrumentalist is a colour on the palette, every solo is defined by the dramatic effect it harbours, and each idea is staged with a specific intention. The title of the album is no fraud. One gets the feeling, from one track to the next, that the composer is acting like a musical demiurge, building his personal mythology and embarking us as Ulysses in the epic turmoil of his soundscape.
What strikes the listener from the outset in this album, his first since ‘Soundrax’ in 2011 (a compilation of soundtracks for imaginary films), is his capacity to put foward personal compositions, to invent whole new realms with only a few notes, to create atmospheres where each detail has its importance, to have the listener holding his breath with a carefully disposed framework that gives each track an epic dimension. The titles of the tracks suggest they might be underpinned by a film script. (Ask the maestro about their meaning, you’ll see). After paying a tribute to one of his heroes, François de Roubaix, in 2015, covering a few unknown Blaxploitation gems in 2017 (‘Soul Cinema’ released on vinyl only), and revamping a children’s repertoire, from Inspector Gadget to Super Mario (‘Cartoons’), Fred Pallem is back with a whole new bunch of hand-tailored original compositions. Loyal to his idea of the triple function of the orchestra (creating music, keeping repertoires alive and developing programs for young audiences), Pallem took up the pen again, driven by the desire to add a some string instruments to his bow, « to mix the three families of instruments, brass, strings, rythmic ». For someone who gave up the double-bass in favour of the electric bass, it’s a kind of return to the orchestra’s roots, since its earliest compositions included strings. « This extended array of sounds gave me a renewed and extraordinary appetite for music. The mere fact of having all these possibilities generates new ideas. Why didn’t I allow myself to do this before? I wonder! » This new repertoire is also an opportunity to « put the soloists in the forefront again », people like Thomas de Pourquery, Rémi Sciuto, Christophe Monniot or Théo Ceccaldi who, like caracters of heroic vertues, inject an exhilarating feeling of entropy into the heart of the compositions.
In this record conceived as an entity, « from start to finish, like a pop or rock album », relatively short, « in the vinyl format, neither too long nor too short, the Blue Note or Beatles format, which gives you the urge to turn over the B-side and listen to the A-side again », Pallem, loyal to his deliberately eclectic hybrid esthetics, unshackled by style or genre, reconnects with his reputation as an ‘enfant terrible’ of big band jazz, a Quentin Tarantino of sound. Transgressing every limit defined by the censors of good taste, he brings whole swathes of musical history back to light, the sub-genres despised by so-called experts, too impure, too un-artistic, too unappropriate to be sanctified by those who consider pop music as a commercial form of non-art and cross-over as a heresy. Going against the flow of these stereotypes, Pallem has demonstrated that this ‘parallel’ production has its geniuses, and on top of its exciting and deeply evocative powers, it is now engraved in our minds through cinema, television, radio and commercials, playing with our musical sub-conscience and reactivating the emotions of the movie lover and the thrills of a child.
On ‘l’Odyssée’, Fred Pallem summons the spirits of the masters who inspired him and puts his signature on a sequence of epic pieces, handling dramatic effects and equivocal atmospheres with panache. Glittering brass contrasting with tense violins, angry basslines clashing with ominous strings...Ornette Coleman infiltrating the world of Ennio Morricone, Bernard Hermann going hand in hand with the overdriven tones of electric Miles Davis, Lalo Schifrin partying with Fela, the shadow of Creed Taylor lingering over luscious string arrangements, Memphis Sound meets John Barry...many reminiscences come to mind in this realm that happily plays with its references without becoming a pastiche. We shall not reveal all the autobiographical echoes concealed inside a repertoire where sense of humour and melancholy intermingle, and the lustrous sheen sometimes leads to darker places, with eerie or mournful tones. Fred Pallem, as all aesthetes, keeps his cards close to his chest.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Fred Pallem est un esthète. Ce n’est pas parce que sa musique est pleine de fantaisie qu’elle est nécessairement foutraque, ni, sous prétexte qu’elle ne cache pas son hédonisme, qu’il faut la juger superficielle. Tout au contraire. La folie est chez lui domptée par la plume et l’exultation que provoque son écriture orchestrée précisément pour faire mouche. On ne doute pas que les partitions qu’il livre à ses musiciens soient limpides et qu’il sache, dès le premier accord, où son inspiration doit le mener. Riche d’imagination, habile dans ses effets, maitrisé dans son récit, le talent de Pallem est bien celui d’un conteur à la verve homérique — passé par Hollywood, les séries Z et les studios de Phil Spector. Chez Pallem, le compositeur, le chef d’orchestre, le producteur et le réalisateur d’album ne font qu’un, tous focalisés sur une vision précise de la musique, aiguisée par une longue pratique de l’orchestre — vingt ans, déjà une odyssée en soi — qu’il sait parfaitement mettre en œuvre. Chaque note a un sens, chaque instrumentiste est une couleur sur la palette, chaque solo ne vaut que par l’élément dramatique qu’il apporte et chaque idée s’incarne dans une mise en son, avec une intention précise. En cela, le titre de ce disque n’est pas usurpé, tant on peut avoir le sentiment au fil de cette « Odyssée », que son auteur agit comme une sorte de démiurge qui, de la première à la dernière note, édifie ses propres mythologies et nous embarque, nous auditeurs ulysséens, pris dans les remous épiques de sa traversée sonore.

C’est peut-être ce qui frappe d’emblée dans l’écoute de cet album, le premier depuis « Soundtrax » en 2011 (qui se présentait comme la compile de B.O. de films imaginaires) à proposer des compositions personnelles : cette capacité à poser un univers en quelques notes, à créer des atmosphères dans lesquelles chaque détail est en place, à tenir l’oreille en haleine par une trame soigneusement agencée, qui donne à chaque morceau les dimensions d’une histoire, dont les titres nous laissent entendre qu’ils pourraient bien être sous-tendus par un scénario. (Demandez donc au maître la signification de chacun et vous verrez que l’on n’en est pas loin.) Après avoir salué l’un de ses héros, François de Roubaix, en 2015, repris quelques perles méconnues de la blaxploitation en 2017 (Soul Cinema, sorti uniquement en vinyle) et dans Cartoons revisité, d’Inspecteur Gadget à Super Mario, un répertoire pour enfants avec des manières de sale gosse, Fred Pallem revient donc à une musique « originale » en ceci qu’elle est non plus constituée de reprises mais entièrement de sa main. Fidèle à l’idée qu’il se fait de la triple fonction d’un orchestre (créer de la musique, faire vivre des répertoires et développer des programmes jeune public), Pallem a repris la plume, animé par l’envie cette fois-ci d’ajouter à son arc une phalange de cordes, « pour mélanger les trois familles d’instruments : cuivres, cordes, rythmique ». Pour celui qui a abandonné la contrebasse pour la basse électrique, c’est en quelque sorte un retour aux sources du Sacre du Tympan, dont les premiers morceaux étaient écrits pour cordes : « Cette palette hyper élargie m’a redonné une faim de musique incroyable. Le simple fait d’avoir la possibilité engendre les idées. Pourquoi je ne me suis pas autorisé cela plus tôt ? Je me le demande ! », confie-t-il. Ce nouveau répertoire est aussi l’occasion de « remettre les solistes en avant » qui, de Thomas de Pourquery à Rémi Sciuto en passant par Christophe Monniot ou Théo Ceccaldi, ramènent l’entropie heureuse de l’improvisation au cœur de chaque morceau avec des manières de personnages aux vertus héroïques.

Dans ce disque pensé comme un tout, « en entier, comme quelqu’un de la pop ou du rock », un disque relativement court, « au format vinyle, ni trop long, ni trop court, le format des Blue Note et des Beatles, qui doit donner envie de retourner la deuxième face pour remettre la première », Pallem renoue avec ce qui l’a imposé comme l’un des enfants terribles du jazz en grande formation, fidèle à son esthétique hybride, délibérément éclectique, refusant de s’enfermer dans un seul genre, à l’image de ses goûts pluriels. En Quentin Tarantino du son, transgressant résolument les limites définies par les censeurs du bon goût, il remet en lumière des pans entiers de musiques longtemps regardées de haut par les spécialistes — ces sous-genres, pas assez purs, pas assez artistiques, pas assez convenables, pour être cautionnés par ceux pour qui la pop ne saurait être que commerciale et le cross-over un dévoiement. A rebours de ces clichés, Pallem a montré combien, au contraire, non seulement toute cette production « parallèle » avait ses génies, mais qu’en plus d’être profondément jubilatoire et évocatrice, elle était désormais ancrée dans nos mémoires par le biais du cinéma, de la télévision, de la radio et de la pub, jouant avec cet inconscient sonore pour réactiver nos émotions de cinéphiles ou nos émois d’enfants.

Convoquant les mânes de tous ceux qui l’ont inspiré, Fred Pallem signe ainsi avec « L’Odyssée » une série de pièces aux accents épiques, maniant avec brio les effets dramatiques et les atmosphères équivoques. Ici des cuivres rutilants contrastent avec la tension des violons, là le groove d’une basse énervée entre en lutte contre des cordes menaçantes, Ornette Coleman s’infiltre dans l’univers d’Ennio Morricone, Bernard Hermann se mêle aux couleurs saturées du Miles électrique, Lalo Schifrin fait la noce avec Fela, l’ombre de Creed Taylor plane sur le moiré des cordes, le Memphis Sound cohabite avec John Barry… nombreuses sont les réminiscences à venir à l’oreille, dans cet univers qui use avec bonheur de ses références sans tomber dans le pastiche. On ne révèlera pas ici tous les échos autobiographiques que recèle en creux ce répertoire, dont l’habituelle facétie ne se départit jamais d’une part de mélancolie, quand la plume prompte aux éclats brillants s’aventure dans des zones plus sombres, aux teintes angoissantes ou funèbres. Fred Pallem comme tous les esthètes cache soigneusement son jeu.

credits

released May 16, 2018

Music Composed, Arranged & Conducted by Fred Pallem

Fred Pallem - Bass Guitar, Overdubs
Rémi Sciuto - Flutes, Baritone & Sopranino Sax
Sylvain Bardiau -Trumpet, Fluegelhorn
Robinson Khoury -Trombone
Christine Roch -Tenor sax, Bass Clarinet
Emiliano Turi - Drums on 01-02-03-04-06
Guillaume Magne - Guitar on 01-02-03-04-06
Sébastien Palis – Clavinet, Organ on 01-02-03-04-06
Vincent Taurelle - Synthesizers, Organ on 01-02-05-06-07-08
Ludovic Bruni - Guitar on 05-07-08
Vincent Taeger - Drums & Percussions on 05-07-08
Abraham Mansfaroll - Congas, Bongos, Triangle on 02
Christophe Monniot - Alto sax Solo on 04
Thomas De Pourquery - Soprano Sax Solo on 08
Théo Ceccaldi - Electric Violin Solo on 05


Violins - Jacques Gandard, Jacques Saint-Yves, Clara Lecarme, Aurélie Branger, Théo Ceccaldi, Anne Le Pape, Apolline Kirklar Altos - Séverine Morfin, Marion Plard
Cellos - Michèle Pierre, Solène Chevalier


Rythm section on 01-02-03-04-06 recorded by Emiliano Turi @ Studio Taitbout
Rythm section on 05-07-08 recorded by Bertrand Fresel, with Vincent Taurelle @ Studio La Marquise
Strings recorded by Bertrand Fresel @ Midilive studios
Horns recorded by Bertrand Fresel @ Studio Juno
Synthesizers recorded by Vincent Taurelle, with Paul Mora @ Studio La Marquise

Mixing Engineer Bertrand Fresel @ Studio Juno

Mastering Alexis Bardinet @ Globe Audio Mastering

Artwork Elzo Durt

license

all rights reserved

tags

about

Fred Pallem & le Sacre du Tympan Paris, France

Fred is a composer, arranger, bass player and bandleader with his orchestra LE SACRE DU TYMPAN. His instrumental tunes are at the crossroads between jazz, funk, soundtracks.

fr.wikipedia.org/wiki/Fred_Pallem

contact / help

Contact Fred Pallem & le Sacre du Tympan

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like Fred Pallem & le Sacre du Tympan, you may also like: